Sunday, 18 July 2021

Les échelles de la pandémie de la COVID-19 au Japon : une gestion de crise inclassable, mais efficace ?

 By Rémi Scoccimarro

 


Débutée à la fin du mois de janvier 2020, la crise de la Covid-19 au Japon avait mal démarré : suivi aléatoire des cas, gestion sanitaire catastrophique à bord d’un paquebot en quarantaine à Yokohama, nombre de tests PCR très faible et des simulations qui prévoyaient jusqu’à 500 mille morts potentiel dans l’archipel. La prise en considération de la structure par âge du pays, avec 28 % de la population âgée de plus de 65 ans (dont la moitié, 14,7 % de la population, est âgé de plus de 75 ans), la concentration des habitants dans de très grandes villes (34 millions d’habitants pour la mégapole de Tôkyô, 20 millions pour celle d’Ôsaka), où les déplacements quotidiens brassent quotidiennement des millions de personnes , pouvaient théoriquement justifier de tels chiffres. Pourtant, six mois après l’apparition des premiers cas, on ne peut que constater que ces prévisions étaient fortement exagérées, voire complètement farfelues. Mais pas seulement : l'archipel est un des rares pays développés, qui, tout en ayant une forte et précoce exposition au virus (en février 2020, il est le deuxième pays en nombre de cas après la Chine, si on compte les passagers du navire de croisière Diamond Princess), une double vulnérabilité structurelle (concentration de population et vieillissement important), connaît, à l’issue de sa première vague, un taux de mortalité extrêmement faible. Nationalement, ce taux est de 5,3 pour 100 000 habitants (chiffres du 25 juin), lorsque l'Europe a des taux qui oscillent entre 10 et 20 (18 pour la France) et 5,5 pour les États-Unis…
---

Pour la suite et l'intégralité de l'article publié, en français, dans le numéro 57 de la revue Outre-Terre intitulé, Virus planétaire - Géopolitique de la Covid-19 : https://www.cairn.info/revue-outre-terre-2019-2-page-177.htm.

Le volume est, lui, disponible dans les boutiques, librairies et bibliothèques numériques suivantes :

 

No comments:

Post a Comment