Sunday, 17 January 2021

Le Microbe, l’État et le chaos

 By Alain Bauer

 


Les États modernes voyaient grand, loin, hésitaient entre conquête des espaces lointains et organisation du transhumanisme à venir. L’Humain devait être conquérant et éternel.


L’Empire était à son image, et lorsqu’il luttait contre des insectes, ces derniers devaient être géants… Si Hollywood avait pu produire Virus, on pensait plus à un film de science-fiction qu’à un docu-réalité. On se faisait peur. Mais on n’y prenait pas garde. Et, malgré les efforts de Charles Delorme (inventeur français du masque contre la peste en… 1619), d’Ignace Semmelweis (qui tenta d’imposer l’asepsie à Vienne en 1847) ou de Louis Pasteur, l’humanité a cru que l’abus de médicament, d’antibiotiques et une insouciance hygiénique de plus en plus prononcée (même dans les espaces hospitaliers) la rendrait plus forte. Et malgré les épisodes épidémiques, l’arrogance sanitaire de l’Occident l’a convaincu qu’il était inutile de se préparer vraiment contre la prochaine pandémie. En matière criminelle, terroriste et donc épidémiologique désormais, ce qui est nouveau est d’abord ce que nous avons collectivement oublié.
Pourtant, Philip K. Dick, le grand auteur américain de science-fiction était revenu à la mode. Dans « Le maître du haut château » en version web série, on nous fait vivre un monde dystopique en nous proposant une réalité alternative du dernier conflit mondial à nos jours (les vainqueurs remplaçant les vaincus, ce qu’on pourrait appeler une vérité alternative selon Fox News).

---

Pour la suite et l'intégralité de l'article publié, en français, dans le numéro 57 de la revue Outre-Terre intitulé, "Virus planétaire - Géopolitique de la Covid-19" : https://www.cairn.info/revue-outre-terre-2019-2-page-89.htm

Le volume est, lui, disponible dans les boutiques, librairies et bibliothèques numériques suivantes :


No comments:

Post a Comment