Monday, 18 January 2021

Un défi pour le multilatéralisme : l’instrumentalisation de l’Afrique par la Chine et ses conséquences sur les décisions de l’OMS

 By Valérie Niquet

 


La Chine joue un rôle majeur en Afrique, et notamment en Éthiopie, dont l’actuel directeur général de l’OMS a été ministre de la Santé puis ministre des Affaires étrangères. Cette influence souvent opaque, et le soutien apporté par Pékin à Tedros Adhanom Ghebreyesus, semble avoir pesé sur les prises de position de l’OMS face à la crise de la Covid-19. Les conséquences de ces décisions se font aujourd’hui sentir au niveau mondial et contribuent à décrédibiliser un système multilatéral fragilisé. Cette note a pour objet d’analyser les stratégies d’influence de la Chine en Afrique et en Éthiopie, et d’en retracer les conséquences sur le système de santé international.


La Chine a redécouvert l’Afrique, en 1996. Au mois de mai de cette année-là, le président Jiang Zemin se rendait dans six pays d’Afrique : le Kenya, l’Égypte, premier pays africain à avoir établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine (RPC) en 1956, l’Éthiopie, le Mali, la Namibie et le Zimbabwe. Ce faisant, la Chine, focalisée depuis 1979 sur son propre développement après la mise en œuvre de la politique de réformes économiques par Deng Xiaoping, renouait avec un passé qui lui permet – jusqu’à aujourd’hui – de capitaliser sur son image de puissance « du Sud ». 

---

Pour la suite et l'intégralité de l'article publié, en français, dans le numéro 57 de la revue Outre-Terre intitulé, "Virus planétaire - Géopolitique de la Covid-19" : https://www.cairn.info/revue-outre-terre-2019-2-page-109.htm

Le volume est, lui, disponible dans les boutiques, librairies et bibliothèques numériques suivantes : 

No comments:

Post a comment