Monday, 10 August 2020

Puissance et conflits des agricultures brésiliennes

By Eduardo Paulon Girardi and Hervé Théry

 
Un des facteurs essentiels de l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence de la République a été l’appui de l’un de trois « B », celui du « Bœuf », les grands éleveurs de bovins, et plus généralement du secteur de l’agrobusiness. En conjonction avec les représentants de la « Bible », les protestants néo-pentecôtistes, et de « Balle » (les partisans d’une politique de répression et d’armement des citoyens) ils ont activement soutenu sa candidature et déjà obtenus des mesures les favorisant, par exemple, le rattachement au ministère de l’Agriculture de la délimitation des réserves indiennes.

Bien que le secteur agroalimentaire ait été largement favorisé sous les gouvernements du Parti des travailleurs, cela indique que cet appui sera encore plus fort maintenant. C’est là un manifeste retour à un passé que l’on croyait aboli : à l’époque coloniale (1500 - 1822) et jusqu’au XIXe siècle, pendant toute la « République du café au lait », le pouvoir politique était entre les mains des barons du sucre, du café et de l’élevage, et quand le système agro-exportateur avait atteint ses limites lors de la crise de 1929, le capital qui avait permis de financer le démarrage de l’industrie de São Paulo était venu des profits du café ou des politiques publiques de rachat des stocks invendus, brûlés dans les locomotives ou jetés à la mer.

Le poids du secteur rural dans l’économie a certes diminué, mais il n’est pas négligeable, notamment dans le commerce extérieur. On dit souvent que le Brésil est devenu la « ferme du monde », comme la Chine est devenue son usine et l’Inde son bureau… 


Pour la suite et l'intégralité de l'article publié, en français, dans le numéro 56 de la revue Outre-Terre intitulé, "Le Brésil et la révolution géopolitique mondiale" : Puissance et conflits des agricultures brésiliennes

La version portugaise est disponible sur le site internet de la revue franco-brésilienne de géographie Confins : O Brasil em face aos conflitos e violências agrárias


No comments:

Post a Comment