Tuesday, 9 June 2020

Adorno en Inde - un réexamen de la psychologie du fascisme

By Ashis Nandy (translated by Livio Boni)


Vingt-cinq ans, c’est déjà un temps long dans les sciences sociales. En ligne générale, les sciences de l’homme en société sont caractérisées par une masse non-cumulative de données et par une multiplicité de paradigmes théoriques. Les idées, dans ce champ, constituent un flux continu, et les livres, tout comme les auteurs ou les écoles, finissent vite datés.

Il faut mettre au crédit de Theodor W. Adorno et de ses associés le fait que, à peu près trois décennies après sa rédaction, leur étude sur la personnalité autoritaire continue de servir comme base fondamentale pour toute nouvelle tentative, théorique ou méthodologique, d’aborder ce problème. Il est vrai que certaines études empiriques ont révélé une série de lacunes dans ce travail, et que la plupart des références à ce dernier s’accompagnent désormais d’un certain nombre de commentaires critiques. Cela dit, il continue de représenter un ensemble de questions analytiques et normatives qui n’ont pas vraiment été dépassées par le progrès des sciences sociales. Du moins jusqu’à présent, aucun psychologue n’a émergé avec un modèle alternatif de description de la mentalité fasciste aussi exhaustif, complexe et subtil du point de vue philosophique.


Pour la suite et l'intégralité de l'article publié dans le numéro 54 - 55 de la revue Outre-Terre intitulé, Nouvelle Delhi ? : Adorno en Inde - un réexamen de la psychologie du fascisme

(472 vues au 9 juin 2020)

No comments:

Post a comment