Monday, 15 June 2020

Le processus de démonétisation en Inde

By Gian Paolo Caselli (translated by Julien Hautefort)


En peu d’années, de 2015 à 2017, le gouvernement indien a tenté de moderniser l’économie avec trois mesures législatives structurelles. La première mesure se proposait de moderniser le système de circulation monétaire à l’intérieur et introduisait dans le même temps une réforme fiscale qui unifiait le régime des impôts indirects en le soustrayant à la jurisprudence des États. Les deux autres mesures entendaient contraindre les citoyens à détenir moins de richesses en or ou en comptant. En novembre 2016, le gouvernement de New Delhi a éliminé la fonction de moyen d’échange des billets les plus répandus, ceux de 500 et 1 000 roupies de la série Mahatma Gandhi. Le 8 à minuit ces billets furent mis hors circulation et remplacés par de nouveaux billets de 500 et 2 000 roupies. Le but de la mesure était de faire lumière sur l’énorme quantité de ressources clandestines détenues en comptant.


Le Premier ministre, dans le discours où il annonçait le lancement de ce processus, déclarait ses objectifs : une démonétisation de l’économie en tant que « guerre contre la corruption, l’économie clandestine et le terrorisme qui portent des blessures à une économie en général du même coup affaiblie ». L’intention du gouvernement était d’empêcher l’utilisation des billets en question, vrais ou faux, qui servaient à financer des activités illégales ou même terroristes. L’opération était d’une grande importance car les deux billets représentaient 86% du comptant en circulation. L’Inde ayant un système fondé presque entièrement sur le comptant : de toutes les transactions seulement 20% s’y effectuent par la voie digitale ou bancaire, par comparaison avec les 40% dans d’autres grands pays comme le Brésil ou la Chine.


Pour la suite et l'intégralité de l'article publié dans le numéro 54 - 55 de la revue Outre-Terre intitulé, Nouvelle Delhi ? : Le processus de démonétisation en Inde

(Lu 150 fois au 15 juin 2020)

No comments:

Post a comment